Le conseil général proche de vous

Projet PERSIL
En partenariat avec Le Parc National des Ecrins, Le Parc Régional du Queyras et la CAPEB

Espace Administration

Performance Solaire et Industrie Locale

Suite à un audit permettant de s’assurer de leur bonne conception et mise en œuvre, les différentes installations solaires du programme ont été instrumentées.
  • Données météo :

    Les installations solaires instrumentées sont réparties sur l’ensemble du département des Hautes-Alpes et présentent des situations géographiques très diverses. Afin d’analyser les performances des installations et expliquer d’éventuelles différences entre les sites, un certain nombre d’installations représentatives des diversités du département sont donc équipées de sondes de température extérieure et de sondes d’ensoleillement.
    • o Ensoleillement :

      Les sondes d’ensoleillement sont positionnées à l’horizontale et à un endroit qui la protège de tout masque solaire. Les sondes utilisés sont des pyranomètres qui mesurent le rayonnement global reçu (donnée obtenue en kWh/m²).
    • o Température extérieure :

      Les sondes de température extérieure sont positionnées sous abri (protégées du vent et du rayonnement solaire direct) sur les façades Sud des sites équipés (sauf indications contraires dans les fiches descriptives des installations).
Selon le type et la localisation des installations solaires du programme, différentes données sont mesurées :
  • Mesures effectuées sur les installations PV :

    • o Energie produite :

      L’énergie produite par chaque installation photovoltaïque est mesurée sur le compteur EDF de production photovoltaïque existant (monophasé ou triphasé).
  • Mesures effectuées sur les CESI / CESC / SSC :

    Selon la complexité du système, plusieurs compteurs d’énergie thermique et/ou électrique peuvent être nécessaires pour déterminer les données que l’on souhaite relever. Les fiches descriptives des installations comportent un synoptique qui précise l’emplacement de chaque compteur.
    L’ensemble de ces compteurs permet sur chacune des installations de relever les indicateurs suivants :
    • o Consommation d’ECS :

      La consommation d’eau chaude sanitaire est mesurée par le biais d’un compteur d’énergie thermique.
    • o Energie solaire utile :

      L’énergie solaire utile est déduite des mesures des différents compteurs placés sur l’installation concernée. Selon la configuration du système, la détermination de l’énergie utile est plus ou moins complexe.
      Sur certaines installations pour lesquelles l'appoint est intégré au stockage solaire (CESI à appoint électrique,…), il est nécessaire de dissocier les pertes thermiques « imputables » à l’installation solaire et les pertes thermiques « imputables » au système d’appoint. A ce titre, afin d’estimer les pertes liés à l’appoint, nous utilisons la méthodologie décrite dans le document « TélésuiviWeb : Présentation du dispositif, évaluation et premiers résultats, INES Education, 31/12/2009 » ( équations 15 et 16, pages 27 et 28)
    • o Energie d’appoint :

      Pour les appoints électriques, l’énergie d’appoint est mesurée au niveau de la résistance électrique correspondante. Pour les appoints hydrauliques (chaudières gaz/fioul/bois), l’énergie d’appoint est mesurée au niveau du circuit hydraulique du système d’appoint correspondant (pas de mesure de consommation de gaz/fioul/…)
    • o Taux de Couverture Solaire :

      Le Taux de Couverture Solaire est calculé à partir du rapport entre l’énergie solaire utile et les besoins totaux en énergie de l’installation (rapport énergie solaire Utile / (Energie Solaire Utile + Energie d’Appoint))
    • o Indicateurs et mesures spécifiques aux SSC :

      • • Température intérieure : Afin d’estimer le besoins énergétiques de chauffage et le confort intérieur réels des sites équipés de SSC, la température intérieure est mesurée. Sur chaque site, une sonde de température intérieure est placée dans une pièce représentative de la température moyenne de l’habitation concernée, suffisamment loin de toute source de perturbation (émetteur de chaleur, courant froid,…).
      • • Consommation totale de chauffage : La consommation totale d’énergie pour les besoins de chauffage est mesurée sur les SSC. Seuls les appoints fournissant directement de l’énergie au système solaire et/ou au système de chauffage central (radiateurs hydrauliques, plancher chauffant,…) sont instrumentés (appoints par chaudières gaz/fioul/bois, résistance électrique). Les appoints indépendants (radiateurs électriques indépendants, poêle à bois, cheminée) ne sont pas instrumentés mais leur consommation est estimée et précisée dans la fiche descriptive.


      On distingue également :
      • • Le Taux de couverture solaire général (défini comme étant le rapport de l’énergie solaire utile à la production d’ECS et de chauffage sur l’énergie totale utilisée pour la production d’ECS et de chauffage).
      • • Le Taux de couverture solaire Eau Chaude (défini comme étant le rapport de l’énergie solaire utile à la production d’ECS sur l’énergie totale utilisée pour la production d’ECS).
      • • Le Taux de couverture solaire Chauffage (défini comme étant le rapport de l’énergie solaire utile à la production de chauffage sur l’énergie totale utilisée pour la production de chauffage).
  • Impact financier :

    Durant leur période de fonctionnement, les installations solaires permettent de générer des gains soit en remplaçant une partie de l’énergie d’appoint du site (pour les installations solaires thermiques) soit en revendant l’électricité photovoltaïque.
    • o Installations photovoltaïques :

      Le gain engendré par l'installation est la mutliplication de l'énergie produite depuis la mise en service par le tarif de rachat de l'électricité de cette installation. Ce tarif est renseigné dans la fiche descriptive de l'installation.
    • o Installations solaires thermiques :

      A partir des mesures effectuées sur chaque installation, on détermine l’énergie d’appoint économisée. On estime alors que le gain de l'installation est ce qu'aurait coûté cette énergie d'appoint. Nous avons choisi d'estimer ce coût pour une énergie d'appoint électrique à 0,133€/kWh car c'est l'énergie la plus frequement utilisée pour le chauffage d'appoint.
      Le coût de l'appoint est l'energie d'appoint apporté au système solaire, multipliée par le prix de l'energie utilisée pour l'appoint sur cette installation. Ces informations sont renseignées sur la fiche descriptive de l'installation.
  • Emissions de CO2 économisées :

    Durant leur période de fonctionnement, les installations solaires permettent de réduire les émissions de CO2 soit en remplaçant une partie de l’énergie d’appoint du site (pour les installations solaires thermiques) soit en injectant sur le réseau de l’électricité photovoltaïque (remplaçant ainsi l’électricité produite par les autres moyens de production essentiellement à base d’énergie fossile).
    Les émissions de CO2 ainsi économisées par chacune des installations sont déterminées sur la base du document « Emission de CO2 pour les différentes énergies » de l’ADEME qui précise les ratios suivants :
    • o Installations photovoltaïques :

      1 kWh produit par l’installation photovoltaïque permet d’éviter la consommation d’1 kWh électrique. La note de référence préconise pour ce cas l’utilisation du ratio moyen de 100 g CO2/kWh.
    • o Installations solaires thermiques :

      A partir des mesures effectuées sur chaque installation, on détermine l’énergie d’appoint économisée (correspondant à l’énergie solaire utile divisée par le rendement estimé de(s) l’installation(s) d’appoint). On prend alors pour chaque type d’énergie les ratios de conversion CO2 émis / kWh suivants :
      Energie Emissions de CO2 évitées
      (en gC02 /kWh)
      Electricité (Application eau chaude) 40
      Electricité (Application chauffage) 180
      Electricité (Ratio moyen) 100
      Gaz naturel 206
      Gaz propane 231
      Fioul domestique 271
      Pétrole pour poêles 276
      Bois / EnR 0
    • o Remarques :

      • En ce qui concerne l’électricité, le ratio « Application eau chaude » est utilisé pour les CESI et CESC à appoint électrique, le ratio moyen est utilisé pour les SSC et les installations photovoltaïques.
      • Dans le cas où plusieurs sources d’énergie d’appoint sont utilisées (exemple : bois + gaz ; fioul + électricité,…), un ratio moyen par kWh est déterminé et la répartition retenue est précisée dans la fiche descriptive de l’installation correspondante.


Hôtel du Département

Place Saint Arnoux - BP 159

05008 GAP Cedex

 

Tél. : 04 92 40 38 00

Fax : 04 92 40 38 01